Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu principal

Posté par le 6 décembre 2017 dans Santé | 0 commentaires

Méditer, c’est bon pour la santé !

Méditer, c’est bon pour la santé !

La méditation a longtemps été l’apanage des moines, nones et autres mystiques. Elle était donc réservée à une élite qui aspirait à consacrer sa vie à la prière et à la contemplation. Mais les choses ont bien changé depuis le milieu du 20e siècle. La pratique n’est plus aujourd’hui  uniquement liée à des croyances ou à des religions. En effet, beaucoup de gens s’y adonnent pour se sentir mieux, pour gérer leurs émotions ou pour ressourcer leur corps. Partons à la découverte de cette pratique et voyons ensemble comment méditer peut avoir des effets bénéfiques sur notre santé.

Qu’est-ce que méditer ?

Si nous nous en tenons à l’étymologie du mot, méditer vient du latin « méditari » qui signifie « s’exercer physiquement et moralement », « préparer quelque chose par une longue réflexion ».

En effet, notre vie moderne est pleine de bruits, de tension et de sollicitations. Toute la journée des milliers de pensées (idées, émotion, souvenir, choses à faire) se succèdent sans répit dans notre esprit. Le principe de base de la méditation est de développer son attention et sa concentration afin de contrôler ce flot de pensées. C’est un moyen d’arrêter la course du temps, d’être présent  à ce que nous sommes entrain de faire, d’être à l’écoute de notre corps et de reprendre contact avec nous-même. Méditer retrouver calme, sérénité et une certaine paix intérieure.

Comment débuter ?

Il existe de nombreuses techniques de méditation comme la méditation Vipassana, le Zazen, les méditations actives d’Osho, les méditations tantriques, les méditations bouddhistes, la méditation de la pleine bouddhistes, la méditation de la pleine conscience, etc… Vous pouvez choisir de participer à des stages ou à des cours collectifs pour apprendre des principes de base et pouvoir ensuite les reproduire chez vous régulièrement. Certains préfèreront expérimenter tranquillement chez eux. Il existe pour cela des méthodes et des applications sur tablette ou smartphone. Vous pouvez aussi commencer par méditer « sur une flamme d’une bougie chauffe plat ». C’est une façon assez facile de pouvoir fixer son attention sur un objet.

Concentrez-vous à la fois sur l’énergie et la chaleur de cette flamme, mais réfléchissez aussi à la fragilité, elle ne peut exister que si l’énergie, le combustible et comburant sont réunis. Si un seul de ces éléments est présent en trop grande ou trop faible quantité, le feu disparait ou devient dévastateur… c’est un très bon moyen de se ressourcer.

Méditation et santé

Méditer régulièrement va voir, sur le long terme, des effets bénéfiques sur votre santé et votre bien être. Avec le travail sur la respiration, vous offrez à votre corps l’oxygène dont il a besoin pour bien fonctionner. En respirant plus profondément, vous diminuerez également votre niveau de stress, vous revenez au calme intérieur. Vous retrouvez ainsi optimisme et confiance en vous et vous libérez progressivement de votre anxiété. Tout cela peut aider à diminuer les insomnies, à baisser la tension artérielle, à ralentir le rythme cardiaque et à détendre votre système nerveux. Vous améliorez votre état de santé général et votre système immunitaire.

Méditation et douleurs chroniques.

La pratique de la méditation permet aussi de renforcer votre musculature. Maintenir une posture correcte réduit les douleurs dorsales et soulage les tensions musculaires. Améliorant ainsi la qualité de vie des personnes souffrant de lombalgie chronique. Des séances régulières en plus des soins (antalgiques et ceintures dorsales) entrainent des améliorations significatives dans la gestion de la douleur et dans la capacité de mouvement. Une meilleure compréhension des connexions corps-esprit permet donc de soulager les patients souffrant de douleurs chroniques.

Alors méditons pour nous ressourcer, pour nous écouter, pour nous évader et pour soulager notre corps…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *