Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu principal

Posté par le 14 octobre 2016 dans Bébé, Santé | 0 commentaires

Des « petits bouts » en forme cet automne!

Des « petits bouts » en forme cet automne!

Moins de soleil, météo plus fraîche et maussade, l’automne est la saison propice pour renforcer les défenses immunitaires de nos enfants. Prenons de suite de bonnes habitudes pour limiter la propagation de ces vilains virus hivernaux.

CONSEIL 1: Misez sur une bonne alimentation

Tout au long de notre vie, et ce dès la naissance, il est important d’apporter à notre corps les nutriments, les vitamines et les minéraux nécessaires à son bon fonctionnement. Pour fortifier notre immunité, il faut donc porter une attention particulière à notre alimentation. De la naissance jusqu’à ses 5/6 mois, le nourrisson va exclusivement boire du lait maternel ou infantile. Le lait maternel est l’aliment idéal car il apporte  la juste dose de tout ce qui est propice à son développement (protides, lipides, glucides, vitamines, etc…), mais il contient en plus des anticorps qui le protègent des infections. Les laits infantiles  (1er et2e âge et de croissance), fabriqués à partir du lait de vache, sont modifiés pour se rapprocher le plus possible du lait maternel. Ils fournissent également des oligoéléments et vitamines indispensables à une croissance harmonieuse (calcium, cuivre, zinc, phosphore, magnésium, Vit A,Vit B,Vit C et D). Sans oublier le fer qui participe à la défense de l’organisme. Certains peuvent même être  enrichis en pré ou probiotiques, dont les rôles sont de fortifier la flore intestinale, un des maillons de notre système immunitaire.

Lors de la diversification et jusqu’à trois ans, conservez un apport suffisant au lait 2e âge ou en lait de croissance.Celui-ci peut être donné sauf forme de laitage « spécial bébé », si votre enfant a du mal à finir ses biberons. Pensez aussi aux fruits cuits écrasés riches en vitamines C, notamment les fruits orangés comme l’abricot, la mangue ou la pêche. Ces fruits renferment de la bêtacarotène, une provitamine qui aide à résister aux affections. Dans la même idée, lors de vos repas, faites la part belle aux purées ou aux soupes de légumes pour leur teneur en vitamines et en fibres (carottes, haricots vert, courgettes etc.).

Pour les plus grand (à partir de 3-4 ans), certaines situations comme une fatigue, une convalescence ou un petit appétit, peuvent entrainer chez l’enfant un manque de tonus et de vitalité. Il est alors possible, sur une courte période de lui donner un petit « coup de pouce » avec des compléments vitaminiques sous forme de sirop, de comprimé à sucer ou à croquer. Certaines  formules sont enrichies en gelée royale, en propolis ou en probiotiques…N’hésitez pas à trouver la solution la plus adaptée avec votre pharmacien !

CONSEIL 2: Adoptez une bonne hygiène de vie

C’est décidé, cette année, les virus ne passeront pas par nos enfants ! Voici quelques pistes pour éviter qu’ils n’attrapent rhumes et autres états grippaux. la première chose à faire est de bien aérer leur chambre plusieurs minutes par jour. Pensez aussi à ne pas la surchauffer, la température idéale se situe entre 18 et 19°C. Vous pouvez aussi assainir l’air en diffusant des huiles essentielles (citron +ravintsara), laissez bien un battement de quinze minutes avant de permettre à l’enfant de retourner dans la pièce. Si l’air est trop sec, utilisez un humidificateur d’air pour empêcher sa muqueuse nasale de s’assécher, sécheresse qui peut la rendre plus sensible aux microbes.

Ne fumez pas en présence d’un enfant et si possible, tout simplement, pas dans la maison.La fumée a tendance aussi à assécher la muqueuse et donc à la rendre plus vulnérable.

Prévoyez régulièrement des activités en plein air. Il n’y a rien de mieux qu’une bonne promenade au parc pour booster un organisme et ce même s’il fait froid! Finissez la sortie par un bon chocolat bien chaud à la maison.

Pour éviter la prolifération des microbes, organisez des séances très régulière de lavage de mains avec de l’eau et, du savon. Il est nécessaire de bien les frotter pendant au moins 30 secondes. Cette consigne est valable pour les bébés aussi, d’autant plus qu’ils mettent tout à la bouche. Ne faites pas l’impasse sur le nettoyage des jouets et divers doudous.

Comme un bébé ne sait pas encore se moucher, le lavage de nez doit faire partie de sa toilette quotidienne. Celui-ci doit se faire tout en douceur. Instillez quelques gouttes de sérum physiologique, une narine après l’autre en tenant sa tête sur le côté. Après 6 mois, l’utilisation d’un spray nasal est possible, pulvérisez l’eau, sans forte pression, 2 à 3 fois par jour. Après un an, l’enfant commence à  apprendre à souffler dans un mouchoir en papier. Apprenez-lui tout de suite à jeter immédiatement à la poubelle et à se laver les mains pour éliminer les germes.

Si certains membres de la famille sont déjà malades, ils doivent se couvrir le nez et la bouche lorsqu’ils toussent ou éternuent et ne pas embrasser un nourrisson sur le visage. Car si le rhume n’est pas une maladie grave pour la plupart des gens, il peut entrainer des complications chez certains enfants et notamment les plus jeunes. Si l’infection vient se loger dans les sinus, elle provoque une sinusite, dans les oreilles une otite, dans la gorge une laryngite ou une rhinopharyngite et dans les bronches, une bronchite ou une bronchiolite.

Alors pas de quartier pour les virus, nos « petits bouts » resteront en forme cet automne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *