Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu principal

Posté par le 22 août 2017 dans Santé | 0 commentaires

Le diabète, son histoire et son traitement

Le diabète, son histoire et son traitement

Le diabète est de nos jours, une des maladies en pleine extension. Notre mode de vie stressante, notre sédentarité et notre alimentation souvent trop salée,  grasse et sucrée entraine un développement du diabète de type 2.  Les jeunes ne sont pas épargnés ! Depuis quand parle t-on de diabète ? Quelles grandes avancées au cours des siècles ont permis d’améliorer la prise en charge de la maladie ? Alors faisons un petit retour dans le temps. Il était une fois le diabète…

Les petits rappels sur le diabète

Le diabète se caractérise par un taux de sucre trop élevé dans le sang, c’est ce que l’on nomme l’hyperglycémie. Notre glycémie à jeun doit se située entre 0,80 et 1,10g/litre de sang. S’ il surpasse 1,26g/litre lors de deux tests consécutifs, les professionnels de santé considèrent qu’un diabète est avéré. Il faut savoir qu’un diabète non dépisté ou mal équilibré, peut détériorer à long terme, le bon fonctionnement de nos organes vitaux . Mais également à terme provoquer des maladies graves. D’où l’importance du dépistage précoce et d’un bon suivi glycémique des patients.

C’est l’insuline, l’hormone sécrétée par le pancréas, qui régule l’utilisation du sucre dans le sang. Parfois le pancréas, suite à une maladie auto-immune ou une malformation, est dans l’impossibilité de produire de l’insuline. Les symptômes apparaissent, dans ce cas, rapidement et la prise en charge du patient est une urgence. Le diabétique devra tout au long de sa vie , s’injecter, lui-même, la dose d’insuline nécessaire à son métabolisme. Ce type de diabète, diabète de type 1 , survient généralement pendant l’enfance et l’adolescence. D’autres fois, le pancréas, fatigué par une alimentation trop riche, par un manque d’activité physique ou des prédispositions génétiques, ne fabrique plus assez d’insuline pour réguler le taux de glycémie dans le sang. C’est l’apparition, le plus souvent à l’âge adulte mais certains jeunes y sont déjà confrontés , du diabète de type 2.  Malheureusement,  il passe souvent inaperçu pendant de nombreuses années.

Les avancées scientifiques importantes du XVIIIe au XIXe siècles.

Certaines découvertes ont permis de faire avancer les traitements de la maladie. En 1776, par exemple le médecin anglais Mattew Dobson prouve que les diabétiques ont trop de sucre non seulement dans les urines mais aussi dans leur sang. En 1780, un autre médecin anglais, Francis Home découvre une méthode à base de levure pour détecter le sucre dans les urines. C’est en 1835 que l’italien Felice Ambrosiani arrive à isoler les cristaux de sucre dans le sang et les urines des personnes souffrant de diabète. En 1869, l’allemand Paul Langerhans met en évidence la structure cellulaire en îlots du pancréas. Mais c’est seulement en 1889 que Joseph Von Mering et Oskar Minkowski prouvent la relation entre le pancréas et le diabète.

De la découverte de l’insuline aux dernières avancées

C’est au XXe siècle et notamment en 1921 qu’une découverte va changer la compréhension du diabète et marquer les débuts du traitement efficace du diabète. En effet, Frédérik Banting et Charles Best vont extraire un liquide appelé « islétine » à partir des îlots du pancréas du veau. Le rôle décisif du pancréas dans la régulation du sucre dans le sang est mis en évidence. Ils obtiendront un prix Nobel pour cela en 1923. Cette même année débute la production industrielle et la commercialisation de l’insuline. Il faudra attendre 1955 et les travaux de Frédéric Sanger sur la structure chimique de l’insuline humaine pour pouvoir envisager une production synthétique. Il reçu lui aussi un prix Nobel pour sa découverte en 1958.

Les recherches continuent tout au long du siècle permettant de modifier la rapidité d’action de l’insuline et de proposer ainsi une version rapide et lente. Des progrès importants sont également réalisés quant au suivi glycémique. D’autres progrès vont améliorer la gestion de la maladie, comme l’appareil de mesure de glycémie portable (1969) et du test HbA1c (1977), des stylos injectables et des pompes à insuline (à partir des années 80). Les recherches continuent toujours et encore pour proposer une insuline à inhaler ou un pancréas artificiel…

L’enjeu reste encore aujourd’hui de développer la prévention et le dépistage du plus grand nombre.

Les études montrent que le nombre de diabétiques en France ne cesse d’augmenter. Les causes principales sont le surpoids, l’obésité, la mauvaise alimentation, la sédentarité et la faible activité physique. Alors propageons au maximum les bons réflexes à adopter pour maintenir un corps en bonne santé , à savoir :

  • Reprendre les bonnes habitudes alimentaires en évitant de grignoter entre les repas journaliers. Privilégiez les fruits, les légumes et les légumineuses . Evitez les produits gras, salés et sucrés.
  • Et bouger au moins 30 minutes par jour. Faites du jardinage, marcher ou  enfourcher votre vélo.

Incitons également nos proches à réaliser un dépistage. Car en France, on estime que 700 000 personnes seraient des diabétiques qui s’ignorent. Sachez que le 14 Novembre est la « journée mondiale du diabète ». Autour de cette date, de nombreuses actions de sensibilisations sont organisées dans les pharmacies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *