Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu principal

Posté par le 16 octobre 2019 dans Santé | 0 commentaires

L’endométriose, parlons-en

L’endométriose, parlons-en

Des douleurs importantes pendant vos règles, et ce dès l’adolescence, doivent vous alerter et faire penser à une endométriose. Cette maladie gynécologique touche en France, environ une femme sur dix en âge de procréer… Voici quelques explications qui vous aideront à voir plus clair. En cas de doute, aborder le sujet avec votre sage-femme, votre médecin traitant ou votre gynécologue.

Endomètre et endométriose

Au début du cycle mensuel, les ovaires libèrent un ovule et produisent les œstrogènes et la progestérone, les hormones féminines destinées à préparer l’utérus pour l’implantation d’un œuf fécondé. L’ endomètre , le tissu qui tapisse l’utérus, s’épaissit sous l’effet des hormones. En l’absence de grossesse, le corps évacue et désagrège le tissu , les règles réapparaissent.

Mais il arrive que les cellules endométriales émigrent via les trompes et se développent hors de l’utérus provoquant lésions, adhérences et endométriomes dans d’autres organes comme les ovaires et plus rarement les poumons.

Ces cellules endométriales situées hors de l’utérus subissent, chaque mois, les variations des hormones féminines, le tissu s’épaissit mais le sang ne peut pas s’évacuer. Des kystes peuvent se former et se transformer au cours du temps en tissu inflammatoire et en adhérence. Le sang peut aussi irriter les tissus voisins et provoquer de fortes douleurs.

Sans traitement, la maladie peut entraîner des dommages importants aux organes touchés et une infertilité. En effet, 30 à 40 % des femmes infertiles souffrent d’endométriose.

Une maladie encore trop souvent diagnostiquée par hasard

Aujourd’hui , l’endométriose est souvent diagnostiquée par hasard, notamment lors de difficultés à tomber enceinte. Certaines femmes supportent les douleurs et les inconforts pendant en moyenne cinq années avant la pose du diagnostic. Années durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes ! Potentiellement toutes les femmes réglées (adolescentes comprises) peuvent souffrir d’endométriose. En cas de douleurs et de crampes pelviennes lors de l’ovulation ou des règles, de douleurs irradiant le dos ou l’abdomen, de douleurs lors de rapports sexuels, lors de la miction ou des selles, il est important de consulter et d’insister pour passer une échographie endovaginale et une IRM, examens qui permettent de localiser les différentes lésions.

Quels sont les traitements proposés pour stopper l’évolution de la maladie ?

Le traitement principal consiste à bloquer le cycle avec une pilule oestroprogestative prise en continu ou avec des progestatifs (pilule ou stérilet hormonal). Il faut compter environ trois cycles pour que le traitement fasse effet.

Pendant ce laps de temps, pour diminuer les douleurs, il est possible d’utiliser une bouillotte chaude. Mais aussi des anti-inflammatoires, associés à des antalgiques. Sans oublier les compléments alimentaires pour réduire le stress et améliorer le sommeil. En effet, l’inflammation locale qui sollicite beaucoup le système immunitaire entraîne de la fatigue chronique. Les douleurs permanentes, quant à elles, favorisent l’apparition de stress, d’angoisses et d’insomnies.

Si malgré la contraception continue, les douleurs persistent, une « ménopause artificielle » peut-être programmée, mais elle ne peut durer plus de 18 mois en raison notamment du risque accru d’ostéoporose. La chirurgie par cœlioscopie ne prend le relais que si les endométriomes sont de grosses tailles ou si tous les traitements hormonaux ont échoué.

On arrête la contraception continue lors d’un désir de grossesse. . Le cycle va reprendre normalement et des douleurs peuvent réapparaître. Elles devront être combattues avec des antalgiques. Sans grossesse au bout d’un an, une procréation médicalement assistée est souvent envisagée.

Pour en savoir plus

EndoFrance est l’association française de lutte contre l’endométriose. Vous trouverez sur leur site internet beaucoup d’informations sur la pathologie, les traitements mais aussi sur leurs actions locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *