Pages Menu
TwitterRssFacebook
Menu principal

Posté par le 15 juin 2017 dans Santé | 0 commentaires

Obésité: une priorité de santé publique

Obésité: une priorité de santé publique

Savez-vous qu’environ 40% de la population française est en surpoids et que 15% est même en situation d’obésité ? Mais ce qui est encore plus inquiétant c’est que 15% des enfants souffrent déjà de surpoids et environ 3% d’obésité. Hexamag vous aide ce trimestre, à en comprendre les causes. Et à entrevoir les traitements possibles et surtout les axes de prévention dès le constat d’un surpoids.

Comment définir l’obésité ?

L’Organisation Mondiale de la Santé définit l’obésité comme une accumulation anormale voire excessive de la masse grasse dans le corps. Accumulation qui peut, à terme, nuire à la santé. Cela signifie que l’organisme reçoit plus de calories qu’il n’en dépense et stocke donc une partie de ce surplus.

L’indice de masse corporelle (IMS) est un des outils qui permet de faire un point sur notre corpulence. Il se calcule en divisant notre poids par notre taille au carré. La valeur pour une femme doit se situer entre 19 et 24. Pour un homme entre 20 et 25. Au-delà, nous parlons de surpoids, si le résultat est compris entre 24/25 et 30. D’obésité modérée à sévère entre 30 et 40 et d’obésité massive au-delà de 40. Pour compléter votre bilan de corpulence , il est important de mesurer aussi votre tour de taille à l’aide d’un mètre de couturier. Il doit être inférieur à 100 cm pour les hommes et 90 cm pour les femmes. Pour rappel, la masse grasse « normale » ne doit représenter chez l’homme que 10 à 25% de son poids et chez la femme, 20 à 25%.

Pour les enfants et les adolescents le calcul de l’IMC n’est pas suffisant. Il faut analyser régulièrement la courbe de poids  insérée dans le carnet de santé. En effet, le suivi de leur poids permet de dépister précocement un risque d’obésité. La courbe doit progresser harmonieusement et se situer dans la zone blanche. Si son poids augmente soudainement et se situe au-dessus de la zone blanche, il est préférable d’en parler avec son médecin traitant pour mettre en place de nouvelles mesures concernant l’alimentation et les activités physiques afin de limiter le risque d’obésité.

Les facteurs d’une prise de poids excessive et les conséquences sur notre santé

Les causes d’un surpoids et de l’obésité varient d’un individu à l’autre et sont multifactorielles.

Un des principaux facteurs est notre comportement alimentaire. Nous avons tendance à consommer des aliments « trop gras, trop salés et trop sucrés ». De, plus notre mode de vie, ne nous laisse pas le temps de préparer de bons petits plats mijotés avec des produits locaux de saison. Nous avons donc tendance à réchauffer des plats industriels, que nous avalons en deux temps et trois mouvements sur le coin d’une table. Sans oublier, que le marketing alimentaire et les diverses publicités, nous vantent à longueur de journée, les mérites de tous ces produits trop raffinés pour être bons pour la santé ! A cela s’ajoute le fait que dans notre vie surchargée, entre nos activités professionnelles et familiales, il reste souvent peu de temps, voire peu de forces, pour faire quotidiennement quelques exercices physiques !

Conclusion, le bilan est vite fait: nous emmagasinons plus d’énergie que nous n’en dépensons et les kilos s’accumulent.

L’hérédié :

En effet l’hérédité, peut aussi avoir une influence sur notre prise de poids. Certaines anomalies génétiques entrainent une diminution des dépenses au repos, à effort physique et après les repas. 70% des personnes souffrant d’obésité ont au moins un parent dans la même situation. a noter aussi qu’un changement brutal de situation professionnelle ou personnelle, du stress, une grande détresse psychologique et un manque important de sommeil peuvent augmenter sensiblement notre balance.

Or, sur le long court, le surpoids et l’obésité peuvent avoir des conséquences graves sur notre santé. Ils augmentent notamment les risques de développer des maladies cardiovasculaires (troubles veineux, hypertension artérielle, AVC, infarctus, etc) de souffrir de diabète, de dyslipidémies, d’hyperuricémie, de certains cancers comme notamment celui du colon. Chez l’enfant et l’adolescent, ils favorisent l’apparition de problème respiratoires, de résistance à ‘insuline voire de diabète, de fractures diverses et de maladies du foie comme la stéatose hépatique ! Il est donc primordial de traiter le surpoids et l’obésité pour préserver la santé des personnes concernées.

Stéatose hépatique chez les plus jeunes !

Malheureusement il n’y a pas que les adultes alcooliques qui développent des maladies du foie.L’augmentation de l’obésité infantile en occident, due notamment à une alimentation trop riche en graisse saturées et en sucre , entraine un accroissement des cas de stéatoses hépatiques chez les plus jeunes. Maladie qui peut dégénérer en cirrhose ou en cancer du foie. Il est important de renforcer l’information et la prévention de ces risques auprès des enfants et de leurs parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *